Note a Prométhée lié

Note a Prométhée  lié

Note de la rédaction: Nous pourrions nommer les remarques introductives à l’article de 1946 comme suit; “Petit recueil sur le parasitisme, sur la manipulation et la métamorphose ultérieure de l’organisme prolétarien parasité”. En effet, c’est précisément l’aspect grotesque (manipulation et métamorphose) de Prométhée, après la défaite pratique de l’initiative révolutionnaire dans les années vingt. Prométhée enchaîné est le prolétariat. En fait, l’article de 1946 stipule: “Nous avons maintenant mentionné l’élimination du prolétariat de la scène politique comme le point central autour duquel sont délimités les divers aspects des luttes politiques. En réalité, c’est le fait nouveau, fondamental et caractéristique du stade moderne de développement de la société, qui, s’il voyait défiler la bourgeoisie et le prolétariat à l’époque de l’affirmation révolutionnaire de la structure féodale antérieure, s’il voyait, à l’âge d’or des le développement de l’économie capitaliste, l’affirmation progressive de l’organisation du prolétariat, a finalement vu se développer les conditions économiques, sociales et politiques qui ont conduit soit à la révolution communiste et donc à la dictature du prolétariat, soit à la réaction violente et à la dictature bourgeois-fasciste.

Une double voie: révolution ou réaction, donc un exutoire historique non univoque, malgré toutes les illusions linéaires et mécanistes d’une prévision infaillible des événements. Ce double exutoire trouve sa raison d’être dans le développement des conditions économiques sociales et politiques du capitalisme et donc dans l’atteinte du point critique de ses contradictions internes.

Le second point de vente est pour l’instant le scénario dominant, la tendance fondamentale de notre époque capitaliste.

Par conséquent, sur la scène politique de 1946, l’élimination du prolétariat est enregistrée, en tant que classe capable de lutter efficacement et actuellement contre le programme communiste, “pour qu’il ne reste plus que la force de son énergie potentielle, c’est-à-dire de la menace représentée par sa reconstitution éventuelle. en classe et donc en classe elle-même. ” À notre avis, les paramètres contenus dans les analyses de 1946 peuvent également être utilisés pour la scène politique de 2016, à la différence près que l’idéologie dominante est plus omniprésente. dans les ganglions de la vie sociale. L’un des aspects, celui-ci, doit sans aucun doute être mis en corrélation avec l’exacerbation des contradictions du capitalisme, comme celle qui existe entre le développement technologique plus important de la production et la croissance de la pauvreté (une question récemment abordée dans l’article sur Industrie 4.0). Nous entendons par là que le système s’oppose dialectiquement au potentiel d’accroissement du conflit social engendré par une misère croissante, avec une augmentation du conditionnement idéologique et le renforcement de l’appareil d’État (en tant qu’instrument de contrôle et de répression, de violence). latente et cinétique) de l’autre côté.

Le texte de 1946 entre immédiatement dans l’analyse détaillée de la genèse historique de la subordination prolétarienne: “Ici, il est seulement intéressant de voir la particularité de certains aspects organisationnels de la société d’aujourd’hui, parallèlement à laquelle le prolétariat a été mis de côté, sa force active a été supprimée , pour qu’il ne reste plus que la force de son énergie potentielle qui est celle de la menace représentée par sa possible reconstitution en classe et donc identique en parti de classe. En bref, dans la période qui a immédiatement suivi la première guerre mondiale, le processus de croissance des forces prolétariennes, d’abord contenues et immatures sur le plan idéologique et organisationnel, initie concrètement, à travers la constitution et l’action des partis communiste et international, la solution révolutionnaire des contrastes développés système de production capitaliste. Le parti du prolétariat, conformément à sa conception de la lutte de classe, à son intransigeance révolutionnaire et à la fixation exacte des relations entre situations objectives et interventions subjectives, est le premier à adopter une structure organisationnelle militaire dans la lutte politique. La bourgeoisie comprend que, dans ce sens, son action doit également se développer pour se retourner contre le prolétariat, en le multipliant en moyens et en capacités, l’arme qu’il avait appliquée au développement historique. L’affirmation des États fascistes marque explicitement cette phase et le fait que les plus grandes bourgeoisies aient évité de recourir à ces extrêmes de défense limitant leur réaction face aux possibilités révolutionnaires réduites présentées par la situation n’a aucune importance. Le principe organisateur est automatiquement passé aux mains de la classe dirigeante de chaque pays et a exercé une pression aussi efficace sur le prolétariat que sur celle des pays fascistes. “

Le renforcement de l’organisation de l’Etat,la centralisation dans des domaines restreints du contrôle des fonctions de contrôle et de répression des conflits sociaux est donc un aspect caractéristique de la réponse bourgeoise (dans le double rôle du régime fasciste ou démocratique) à l’action de classe du prolétariat et de son parti: “La la bourgeoisie comprend que, dans ce sens, son action doit également se développer pour se retourner contre le prolétariat, le multipliant en moyens et en capacités, l’arme qu’il avait appliquée au développement historique. “

Le texte de 1946 explique les raisons historiques du renforcement de l’équipement de l’État (et du passage de la violence latente de domination de classe à la violence cinétique, prédominante en cette période de contre-révolution): “C’est ainsi que les contrastes inhérents à la les systèmes de production capitalistes ont généralement atteint un point critique, ce qui ne produit cependant pas la crise politique révolutionnaire parallèle, car précisément grâce à l’adaptation constamment mise à jour de ses systèmes organisationnels, la bourgeoisie a parfaitement réussi à l’éviter. L’exaspération connue des contrastes sociaux ne permet plus à l’expression des forces de classe du prolétariat dans aucun pays, expression qui, pour des besoins objectifs évidents, ne laisserait aucune place aux solutions réformistes et ne pourrait plus être que révolutionnaire et visant la conquête violente des peuples. le pouvoir. Par conséquent, le prolétariat devait être éliminé en tant que classe et cela se manifestait aussi bien dans les États fascistes que dans les États démocratiques. L’élimination a naturellement eu lieu avec l’insertion des masses prolétariennes dans le processus de la classe adverse. Les États fascistes se sont tournés vers les citoyens dotés de lois sur les sociétés; les démocrates avec les partis communistes et socialistes. Cette insertion a été facilitée par la présence et le travail de “l’Etat prolétarien” russe, mais s’il avait eu intérêt à raisonner avec soi-même, il n’était pas du tout certain que les choses auraient suivi un résultat substantiel différent si “l’Etat prolétarien” n’avait pas agi contre-productif dans le processus de croissance des forces prolétariennes. Cependant, il est possible de faire l’hypothèse que les partis communistes restant sur des bases révolutionnaires, en cas de défaite, ou auraient été violemment placés dans l’illégalité, comme ce fut le cas avec l’avènement de l’Etat fasciste, ou que les possibilités décisives de la équipement politique actuel (par opposition au potentiel), comme cela a été généralement vérifié et ce qui se passe actuellement dans les pays démocratiques vis-à-vis des communistes internationalistes, confiant la tâche de canaliser les masses prolétariennes sur la classe bourgeoise aux seuls socialistes. “

Ainsi, l’incorporation de la classe prolétarienne dans le “processus” de la classe adverse est provoquée par la menace d’insubordination prolétarienne, liée aux phénomènes économiques objectifs donnés par les “contrastes inhérents au système de production capitaliste … atteignant généralement un point critique”. Ainsi, comme le point critique atteint par les contradictions internes du capitalisme existe en tant que donnée objective permanente, le prolétariat devait être éliminé en tant que classe et cela se manifestait aussi bien dans les États fascistes que dans ceux démocratiques. L’élimination a naturellement eu lieu avec l’insertion des masses prolétariennes dans le processus de la classe adverse. Les États fascistes se sont tournés vers les citoyens dotés de lois sur les sociétés; les démocrates aux partis communistes et socialistes “.

La dernière proposition mérite d’être soulignée. L’insertion du Prométhée-Prolétarien dans la cage du système se fait de deux manières: le corporatisme fasciste ou l’action réformiste des partis pseudo-communistes et socialistes. Une fonction sociale identique de sauvegarde du système peut être remplie, dans des contextes de relations de force différentes, par des acteurs politiques apparemment très éloignés.

Les lignes suivantes semblent décrire les vicissitudes politico-parlementaires actuelles des régimes bourgeois: “Et nous ne nous arrêtons pas là, car la bourgeoisie a même dépassé ce stade et a fini par s’offrir le luxe d’avoir des gouvernements” de gauche “, auxquels bien sûr a les “bons” programmes appliqués. Nous les avons en Angleterre avec les travaillistes, la possibilité de les avoir en France avec les communistes était apparue ces jours-ci, nous les avons sous une forme “mixte” en Italie et maintenant presque dans tous les pays d’Europe. Les prolétaires ne sont pas, comme on dit, trompés; ils n’élisent pas leurs représentants au parlement en pensant qu’ils vont se comporter différemment de ce qu’ils vont réellement faire; ils savent très bien que ce comportement est nécessaire à ce moment car demain ils continueront discrètement à croire qu’un nouveau comportement, en réalité également en faillite, sera nécessaire à ce moment-là. Il y a essentiellement une déviation fondamentale imprimée par la bourgeoisie sur le prolétariat et qui, dans ses aspects plus récent, il suit une ligne d’affirmation progressive de l’après-guerre de 1918 à aujourd’hui. Les véritables représentants des intérêts bourgeois au parlement, et lorsque cela est également nécessaire pour le gouvernement, sont précisément les “représentants” de ce prolétariat qui revendique les organes du pouvoir sur lui-même. Les masses prolétariennes, prises dans ce mécanisme grotesque dans lequel, en leur nom, toutes les mesures et sauvegardes visant à garantir au mieux la prédominance de la classe opposée s’appliquent contre elles, ne peuvent que soutenir “leurs” gouvernements gauche “exprimant la déviation subie dans une affirmation qui est le résultat de toute l’évolution des relations politiques sous le guide rigide de la bourgeoisie, c’est-à-dire” la droite ferait pire “. Comme il a été dit, ce n’est plus une simple supercherie, car toutes les positions sont renversées et la vigueur avec laquelle le renversement a été imposé est le produit direct de la nécessité impérative de préserver le capitalisme; si nous ne comprenons pas cette métamorphose organisationnelle totale, il est impossible de mettre en lumière tout ce qui se passe sous nos yeux aujourd’hui. “

L’un des mots clés pour résumer l’essence du capital est celui de parasitisme.

Le parasitisme ne signale pas seulement, dans la sphère économique, l’appropriation de la main-d’œuvre excédentaire, à partir de laquelle le travail mort cristallisé sous forme de capital constant et de marchandises (actifs immobilisés et en circulation à double entrée) trouve son énergie source de croissance et de croissance. renouvellement; Par parasitisme capitaliste, on entend également, dans la sphère politique et syndicale, la capacité de manipuler certaines organisations, avec une base sociale prolétarienne, les poussant à agir pour la défense et le développement de l’organisme parasitaire. En fin de compte, c’est ce qui est décrit dans ce texte de 1946, lorsque nous nous référons à l’amorphétamorphose des principales organisations politiques et syndicales prolétariennes, et donc à leur nouvelle fonction d’appui au système bourgeois. Métamorphose, ou changement de forme par rapport au modèle original, mais nous essayons de découvrir les parallèles entre ces dynamiques sociopolitiques et le monde de la nature.

Le bourdon est un insecte appartenant à la famille des abeilles. Lorsqu’il est attaqué par une mouche conopide, il est condamné. La mouche y pond un œuf et la larve, une fois cultivée, le mangera vivante. Ce qui est étrange, c’est le comportement de l’abeille: c’est la larve qui fait que l’abeille s’enfouit dans le sol, de cette manière, le sol servira de refuge au chaud pendant le développement de la larve. il meurt sous terre à cause de la mouche parasite, qui met presque deux semaines à recueillir les nutriments contenus dans les fluides corporels de l’abeille et à les manger, restant toujours dans le corps sans vie de son hôte afin de survivre jusqu’à son développement complet.

Selon de récentes études d’entomologie biologique et agricole, la manipulation est un phénomène assez courant chez les parasites, dont beaucoup contrôlent le cerveau et le corps de leurs hôtes afin d’assurer leur survie. Dans certains cas, cependant, certains insectes disposent de mécanismes de défense qui rendent difficile la ponte des œufs pour les mouches et les guêpes parasites; sinon, une fois infecté, le système immunitaire de ces insectes s’avère capable de détruire le virus. la larve se développe, résistant ainsi à la manipulation. Dans certains cas, des abeilles ont été observées qui, résistant à la manipulation, ne creusent pas la tombe et ne sont donc pas agréables aux mouches parasites.

Pour en revenir aux considérations sociopolitiques, il est réconfortant de découvrir que, dans la nature, il existe et étudie des exceptions à la dynamique de la manipulation et de la mort des organismes parasités. Nous pourrions presque esquisser une comparaison entre ces corps résistants et immunisés à la manipulation et l’avant-garde prolétarienne qui, contrairement à la majorité de la classe, enchaîne le vrai Prométhée, lutte et s’oppose au parasite capitaliste / dévoreur de vies (Moloch).

Celui décrit dans l’article de 1946 est un monde renversé, compréhensible uniquement à la lumière de la nécessité impérative de préserver le capitalisme et de sa capacité conséquente de manipulation parasitaire. Ce sont ces nécessités qui dictent l’agenda politique des régimes démo-fascistes modernes, d’où la substance des interventions législatives de parlements démocratiques ou des décisions de directeurs / grands conseils non démocratiques. Deux robes mais la même marque et la marque de l’oppression ne peuvent pas être cachées trop longtemps.

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...