Por un 1er Mai de lutte

Temps de crise, temps de guerre, temps de mobilisation prolétarienne.

Le capitalisme et la guerre sont inséparables. Le capitalisme génère inévitablement la guerre. Ce système social, qui a depuis longtemps atteint sa phase sénile, est en crise profonde.       La crise économique dure depuis des décennies et s’aggrave de plus en plus, érodant les marges bénéficiaires des classes dirigeantes. La crise sanitaire due au Covid19 n’a fait qu’aggraver la situation, accélérant la crise économique, malgré le fait que toutes les classes dirigeantes n’ont pas fait grand-chose pour la contrer efficacement car la production passe avant tout.   Les différentes bourgeoisies nationales, à ce stade, ont besoin de la guerre avec laquelle elles peuvent contrer la crise de surproduction, contrer ou éliminer les bourgeoisies concurrentes du marché, empiéter sur les prolétaires sous les différents drapeaux nationaux, les dresser les uns contre les autres, empêcher la solidarité internationale de la classe ouvrière.  « Les travailleurs n’ont pas de patrie. Vous ne pouvez pas leur enlever ce qu’ils n’ont pas » (Marx, Engels).

La crise économique s’est transformée en crise de guerre et le capital y cherche son bain de jeunesse, détruisant principalement le travail vivant et le travail mort : les êtres humains pour la plupart ne sont plus productifs et les biens produits maintenant en grand surplus que le marché ne peut plus absorber. Afin d’éviter les révoltes sociales, la bourgeoisie a été réduite à maintenir une partie de la population qui n’est plus productive. Mais  aujourd’hui, le capitalisme ne peut même plus les maintenir. Ils doivent donc être éliminés. Par millions.       Les morts dans les deux premières guerres inter-impérialistes -20 millions dans la première (qui deviennent 65 millions, calculant également les morts pour les « Espagnols »), 80 millions dans la seconde – en tenant compte de la population mondiale de cette époque – étaient une quantité énorme mais ce n’est rien comparé aux morts qu’une guerre produirait aujourd’hui. Et nous ne parlons pas de guerre nucléaire parce que la bourgeoisie n’est pas intéressée à détruire définitivement des territoires, à les éliminer du marché. Évidemment, l’hypothèse ne doit pas être complètement écartée.                 Dans un système dément et dissipatif comme celui-ci, qui détruit systématiquement la planète, parce que le profit vient en premier, quelque chose peut devenir incontrôlable – également compte tenu de la pléthore de systèmes d'”intelligence artificielle » qui sont en fait très stupides – comme nous l’avons également vu dans l’économie financière où les transactions boursières sont décidées en grande partie par des algorithmes.

Lorsque la crise économique devient une crise de guerre, les conditions de vie du prolétariat se détériorent immédiatement.  La flambée des prix érode des salaires déjà maigres, les conditions de travail se détériorent, l’exploitation augmente. Le premier ennemi des bourgeoisies en lutte les unes contre les autres est le prolétariat.  « Les gouvernements nationaux sont tous confédérés contre le prolétariat. »  (Marx).  Si le géant prolétarien, encore en sommeil, devait se réveiller de son sommeil de plusieurs décennies et commencer à se battre pour ses intérêts et pour ceux de toute l’espèce humaine, c’est-à-dire pour le communisme (pour la destruction de ce système social en décomposition avant qu’il n’entraîne toute l’espèce humaine vers l’extinction et la transition vers un système social d’espèces), alors toutes les classes dirigeantes nationales s’uniraient contre leur ennemi historique. Les travailleurs du monde ne doivent pas tomber dans le piège de la propagande bourgeoise sur les différents belligérants. Il ne s’agit pas de soutenir tel ou tel État en guerre ou même de rejoindre la partisanerie qui soutient les armées régulières. Il ne s’agit pas non plus d’être neutre ou d’invoquer la paix; il s’agit d’être contre toutes les classes dirigeantes qui envoient les prolétaires se déchirer les uns les autres. Dans les guerres impérialistes, il n’y a pas d’agresseurs ou d’agresseurs. Le seul à être attaqué est le prolétariat et la planète.

Dans ces situations, les spécialistes de la pensée dominante, les idéologues, se sont mis au travail pour détourner le prolétariat de ses tâches historiques.  Les travailleurs et le prolétariat en général, en revanche, doivent commencer à défendre leurs conditions de vie immédiates, ne pas abandonner un pouce en termes de conditions de vie et ne pas tomber dans le piège de la guerre (avec les sacrifices qu’elle implique) ou de la paix (impossible dans ce système social), les deux voies de sortie. Au lieu de cela, il est nécessaire de s’opposer à la guerre de la bourgeoisie sans compromis, en se préparant à la guerre de classe.

Il y a plus d’un siècle, pendant la première guerre impérialiste, la position des communistes était très claire : « Le refus d’effectuer le service militaire, la grève contre la guerre, etc., un rêve misérable d’une lutte non armée contre la bourgeoisie armée, l’illusion de détruire le capitalisme sans une guerre civile féroce, ou une série de telles guerres. La propagande de la lutte des classes est un devoir du socialiste même dans l’armée ; le travail visant à transformer la guerre entre les peuples en guerre civile est le seul travail socialiste à l’époque du conflit impérialiste armé des bourgeoisies de tous les pays. A bas les vœux pieux sentimentaux et insensés sur « la paix à tout prix » ! Levons le drapeau de la guerre civile ! L’impérialisme a mis en jeu le destin de la civilisation européenne : s’il n’y a pas une série de révolutions victorieuses, cette guerre sera bientôt suivie par d’autres ; la fable de la « dernière guerre » est une fable vaine et nuisible, c’est un « mythe » petit-bourgeois. Si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera demain, sinon pendant cette guerre, après la guerre, sinon dans cette guerre, dans la prochaine, la bannière prolétarienne de la guerre civile rassemblera autour d’elle non seulement des centaines de milliers d’ouvriers conscients, mais aussi des millions de semi-prolétaires et de petits-bourgeois maintenant trompés par le chauvinisme, et que les horreurs de la guerre non seulement effraient et brutalisent,  mais ils éclairent, instruisent, éveillent, organisent, tempèrent et préparent à la guerre contre la bourgeoisie de « leur » pays et des pays « d’autres ». (Lénine, 1914, Sotsial-Demokrat n. 33).

Contre la guerre de la bourgeoisie impérialiste !

Refusez de soutenir l’une des bourgeoisies meurtrières en lutte !

Pratiquez la fraternisation parmi les prolétaires envoyés à l’abattoir !

Préparez-vous à la guerre de classe contre la bourgeoisie mondiale !

Mobilisation prolétarienne en défense des conditions de vie et de travail (fortes augmentations de salaires, salaires garantis pour les chômeurs, réduction drastique de la journée de travail pour le même salaire).

Pendant la Première Guerre mondiale, les soldats allemands et britanniques fraternissent, refusant de se battre.

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...